Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La vie errante

La vie errante

Mes goûts et mes couleurs


Les Gros patinent bien (Cabaret de carton) - Olivier Martin-Salvan & Pierre Guillois

Publié par Thierry L. sur 13 Octobre 2022, 21:30pm

Catégories : #Applaudi

Frénétique, délirant, survolté... Carto(o)nesque !

Un Ricain bedonnant cloué sur son tabouret (qui se métamorphose en avion, en canot ou en baudet) traverse l'Europe du nord au sud à la recherche d'une sirène pudibonde. Autour de lui, un vibrion filiforme s'agite, trémulant, pour créer, simultanément à cette histoire en marche, décors et protagonistes.

Les Gros patinent bien use et abuse de cartons sous toutes les formes imaginables (écriteaux, bulles, projectiles, contenants, accessoires...) que les comédiens enragés plient, déplient, déchirent ou maltraitent dans une pagaille très organisée. Sous ses aspects foutraques, le spectacle obéit à une implacable mécanique : le spectateur sidéré ne peut qu'imaginer le travail démentiel de l'ingénierie carton en coulisses. Le champ de bataille, à la fin du show, parle de lui-même : un Verdun de papier kraft, un Waterloo de cellulose !

Dans ce slapstick débridé s'ébattent un duo de comédiens désopilant, Laurel et Hardy à la sauce Tex Avery. Si le grassouillet Olivier Martin-Salvan nous réjouit dans son rôle de clown blanc acrimonieux, le génial Pierre Guillois, visage en caoutchouc et corps ligneux, nous embarque dans un numéro survolté à la Fregoli. En maillot et bonnet de bain, il se glisse dans tous les costumes (de papier), mime toute la faune européenne (mention spéciale au mouton Shetland, à la mouette rieuse et à la marmotte des Pyrénées) et nous entraîne dans une ronde échevelée faite de gags irrésistibles et de gaudrioles impayables.

Tout au long de leur épopée burlesque, les deux comparses baragouinent un irrésistible grommelot polyglotte que de bouffons phylactères enrichissent.  Tour à tour Islandais, écossais, anglais, breton ou espagnol de pacotille, le ludion gringalet répond du tac au tac au yaourt amerloque de son inamovible et replet comparse.

Ce spectacle, hautement lacrymogène, est d'une poésie folle, qui conjugue histoire abracadabrante -sorte de pièce à tiroirs improbable- et performance artistique. Au bord de l'apoplexie voire de l'épectase, le public exulte.

Un happening qui déménage et fait carton plein !

Les Gros patinent bien (Cabaret de carton) - Olivier Martin-Salvan & Pierre Guillois
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents