Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La vie errante

La vie errante

Mes goûts et mes couleurs


L'Adieu aux armes - Ernest Hemingway

Publié par Thierry L. sur 4 Octobre 2022, 16:19pm

Catégories : #Lu

"I won't ever go away," I said. "I'm no good when you're not there. I haven't any life at all any more."

 Frederic, engagé dans l'armée italienne comme ambulancier, est blessé. A l'hôpital, il est soigné par Catherine, une infirmière anglaise. Ils s'éprennent l'un de l'autre et, pour ne plus quitter les bras de sa maîtresse, Frederic déserte. "Make love, not war !"

Basé sur des souvenirs personnels, ce récit à la première personne infuse lentement une mélancolie poisseuse. Hemingway, loyal, ne cèle rien des horreurs des combats et des hésitations de l'amour. Son écriture, faussement simple, collage de phrases hachées menu, à la cadence arythmique et aux répétitions martelées, apparie chronique blanche du temps gâché et récit brutal des facéties du destin. Que le narrateur divague, rêve ou conjure le sort dans une rumination désespérée, la modernité du roman saute aux yeux.

Brutal, Hemingway n'édulcore ni l'obscénité de la guerre, ni les gravelures de l'amour. Ses personnages parlent cru, évoquant leurs appétits charnels ou leurs maladies vénériennes. Ils ne s'apaisent que dans l'insignifiance de dialogues creux et dans la trivialité de gestes quotidiens : il faut bien vivre et passer le temps...

Lapidaire, le romancier croque sur le vif l'absurdité de la guerre avec ses lâchetés, ses arrangements et ses arbitraires. Il dépeint l'exode d'une population hébétée et la retraite d'une armée en déroute (après le choc de la bataille de Caporetto), l'éthylisme apathique de Frederic ou l'éprouvante délivrance de Catherine, avec le même feint détachement. Les hommes, fourmis désorientées, sont soumis à un destin odieusement aveugle qu'ils combattent ou s'aiment.

Pessimiste et cruel, A Farewell to Arms -cynisme et ambiguïté du titre original- anticipe tragiquement l'absurde camusien. Mais à la révolte, il semble préférer le suicide. 

Sobrement pathétique. 

(Heming)way... to despair.

"That was what you did. You died. You did not know what it was about. You never had time to learn."

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents