Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La vie errante

La vie errante

Mes goûts et mes couleurs


Les Aventures de Joseph Andrews et de son ami M. Abraham Adams - Henry Fielding

Publié par Thierry L. sur 1 Novembre 2021, 15:17pm

Catégories : #Lu

"Ma patience est à bout, s'écria la dame ; a-t-on jamais entendu parler de la vertu d'un homme ?"

J'ai fort goûté ce roman pétillant où l'on suit les péripéties d'un Adonis encore puceau, valet dans une grande maison, et de son directeur de conscience, un pasteur bien écervelé.

Fuyant Londres et ses périls (sa maîtresse, la bouillante Lady Booby, n'ayant pu le déniaiser, l'a chassé comme un malpropre), Joseph Andrews chemine -pedibus cum jambis ou en hitchhiking- vers sa paroisse natale accompagné de son encombrant compère. Son unique objectif étant de retrouver la mignonnette Fanny, une jeune laitière dont il est épris.

Prélude léger au Jacques le Fataliste de Diderot et à la Justine de Sade (au genre inversé, ici), ce bouillon de dentelle chaste et moraliste dissimule -avec une réjouissante hypocrisie, car pas plus Fielding que son lecteur ne sauraient être dupes- des échancrures galantes et d'amoureux appâts qui échauffent le désir...

Dans ce retour au bercail d'un jouvenceau au sang vif, les mésaventures se multiplient, les digressions s'affolent et le romancier anglais tortillonne le hasard plus qu'il n'est de raison. Saupoudrant son style de litotes, d'antiphrases et de frivoles polissonneries, Fielding nous enchante tout du long de ce cocasse périple. Son pasteur Adams patauge candidement dans la boue d'un monde cruel et dévoyé mais sa grandeur d'âme et sa foi inaltérables le préservent de toute souillure. De même la passion ingénue de ses deux tourtereaux sera plus forte que toutes les concupiscences que leur beauté suscitera.

Ce récit édifiant, mentholé d'ironie, offre le plus beau rôle à deux méchantes débauchées : une veuve enragée, l'impayable Lady Booby, que le désir taraude et qui balance entre ardeurs assouvies et réputation inaltérée et une dame de compagnie nymphomane, la réjouissante Mrs Slipslop. Leur conduite comme leurs propos sont des régals de méchanceté satisfaite.

Une excellente ale anglaise : gouleyante et sans amertume ! Cheers !

Les Aventures de Joseph Andrews et de son ami M. Abraham Adams - Henry Fielding
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents