Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La vie errante

La vie errante

Mes goûts et mes couleurs


Mes hommages à la donzelle - San-Antonio

Publié par Thierry L. sur 8 Mai 2021, 18:11pm

Catégories : #Dévoré

"Vous êtes une tel homme, fait-il, qu'on ne pense pas que vous puissiez avoir besoin de repos. Excusez-moi, San-Antonio."

Lorgnant du côté de Tintin et d'Arsène Lupin, San-Antonio dans cet opus badin est à la poursuite d'une bande d'espions qui ne lésinent sur aucun mauvais moyen pour parvenir à leurs fins.

Pas encore salace, toujours affreusement machiste, vigoureusement dipsomane, l'agent secret San-A en fait des caisses et se contrefiche de toute cohérence, l'essentiel étant de rigoler.

On notera une constante estampillée fifties : la dichotomie sexiste "vierge ou putain" voire "les malignes et les locdues ; les vioques et les gamines ; les vertueuses et les paillasses". Le Spadassin d'alcôves croise soient des créatures frustrées, mochardes et atrophiées du bulbe, soient de splendides machines à fantasmes aussi dangereuses et futées que leur tour de poitrine est développé. Quand la cancel culture va s'en mêler, il ne restera pas trois pages aux bouquins du père Dard. Alors profitons-en !

C'est tout bonnard.

"(...) le haut de son corsage bâille comme un crocodile occupé à lire un roman de Mauriac. (...) -Avant toute chose, fermez ce peignoir, chère madame, ou bien vos mâchicoulis vont s'écrouler sur le parquet."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents