Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La vie errante

La vie errante

Mes goûts et mes couleurs


L'Horloger d'Everton - Georges Simenon

Publié par Thierry L. sur 3 Octobre 2020, 09:08am

Catégories : #Lu

" (...) il rentrait les épaules pour donner moins de prise au destin."

Au nom du père et du fils... Dave Galloway a élevé seul Ben, son garçon. Quand ce dernier prend la tangente, la mécanique bien huilée du petit horloger s'enraye. Comment cet enfant qu'il a choyé a-t-il pu devenir un assassin ?

Avec son écriture blanche, sa distanciation extrême, ses personnages en grisaille, Simenon nous balbutie l'apathie héréditaire d'une lignée de mâles humiliés. Pour Dave, il "semblait que, dans le monde entier, il n'y avait que deux sortes d'hommes, ceux qui courbent la tête et les autres. Enfant, il pensait déjà en termes plus imagés : les fessés et ceux qui fessent." Alors pour se prouver qu'ils sont vivants, ces abouliques -volcans endormis- se permettent une unique et timide éruption : son père a découché une nuit, Dave a épousé une fille qui n'était pas son genre, son fils fugueur tue... le moyen d'exister quand on est presque mort.

Spectateur mis à distance -comme ceux de ce match de base-ball suivi d'une fenêtre éloignée- le lecteur observe avec effroi le chemin de croix de l'horloger timoré. Peu à peu, face à l'absurde d'un crime sans motif apparent, le héros prend la mesure de sa pusillanimité et entre en sympathie de cœur avec son fils. 'Ab, 'Ab, lama sabachthani?

Un Simenon ascétique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents