Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La vie errante

La vie errante

Mes goûts et mes couleurs


Un Instant (d'après A la recherche du temps perdu de Marcel Proust) - Jean Bellorini

Publié par Thierry L. sur 27 Novembre 2019, 22:50pm

Catégories : #Applaudi

Le remarquable spectacle de Jean Bellorini s'ouvre sur le terrible lamento de Léo Ferré "Avec le temps" : petit à petit, le chant éperdu prend de l'ampleur et voyage à travers tout le théâtre, nous submerge et nous échoue aux pieds d'une vieille dame égarée sous la nef d'une cathédrale de chaises. Hélène perd le fil de ses souvenirs, ballotée comme une jonque à la dérive sur le Mékong. Un jeune homme -thérapeute d'occasion- lui prend la main et l'accompagne dans le lit de sa mémoire.

Le dialogue s'installe entre la frêle vietnamienne et son nautonier, imbriquant réminiscences personnelles et morceaux choisis de La Recherche. Et les phrases chantournées de Proust agissent comme un baume cicatrisant qu'elles évoque le baiser du soir d'une maman ou fouaillent nos plaies comme lorsqu'elles disent l'agonie d'une grand-mère.

Le merveilleux duo que forment Hélène Patarot et Camille de la Guillonnière restituent les mots du romancier, nûment, sans chiqué. Ils évitent les chemins trop fréquentés (ils nous dispensent du redoutable incipit et à peine évoquent-ils la fameuse madeleine qui par le prodige d'une amusante transsubstantiation se métamorphose en nem rán) pour fouler des chemins moins empruntés, pignochant aussi bien dans Les Jeunes Filles que dans Guermantes ou Sodome. C'est d'un bout à l'autre bouleversant de limpidité : diction, rythme, silences... une infusion de Proust, écrivain chamane.

Accompagnés par la guitare de Jérémy Peret (qui égrène entre autres le déchirant adagio du Concerto 23 de Mozart), les deux comédiens évoluent dans un monumental grenier où d'antiques chaises s'amoncellent, cénotaphes érigés en mémoire de tous les morts qui nous encombrent, "édifice immense du souvenir" où "plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l'odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste (...)" et l'on souhaiterait que ce subtil moment s'éternise tant leurs déambulations mémorielles font écho en chacun de nous.

"Un instant"... de pur bonheur !

 

 

Un Instant (d'après A la recherche du temps perdu de Marcel Proust) - Jean Bellorini
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents