Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La vie errante

La vie errante

Mes goûts et mes couleurs


Carrie - Stephen King

Publié par Thierry L. sur 17 Novembre 2018, 09:18am

Catégories : #Dévoré

Première incursion en littérature de Stephen King, Carrie est une brûlante réussite. Dans cette histoire de télékinésie frénétique dont est possédée une jeune fille fragile, King alterne documents apocryphes (articles de revues, témoignages divers, télex informatifs, dépositions sous serment, etc.) et narration éclatée (points de vue divergents mais complémentaires).

Toute la doxa kingienne est déjà en place : le Maine, les émois pubertaires, le fanatisme religieux, le Mal comme entité souveraine, la rédemption salvatrice, le sang et le feu... Astucieusement conduite, cette ruée vers l'apocalypse va crescendo. Le lecteur connaît dès les premières pages l'issue infernale du roman mais en distillant, goutte à goutte, les données factuelles qui l'ont provoquée, King joue avec nos nerfs.

Plus que Carrie White, désolante victime expiatoire de la petite ville de Chamberlain, ce sont les méchants tapis dans l'ombre de ce récit d'épouvante qui en font le sel : l'affreux Bill Nolan, haineux bas du front ou la perverse Christine Hargensen qui nous rejouent l'idylle moite du duo Popeye et Temple Drake dans Sanctuaire (on y évoque même un épi de maïs). Mais surtout l'effroi nous glace face à Margaret White, la maman déjantée de Carrie : hors contrôle, cette folle d'un Dieu irascible, rejoint la funeste cohorte des monstrueuses mères nocives de la littérature ou du cinéma.

Renversant !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents