Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La vie errante

La vie errante

Mes goûts et mes couleurs


Hiroshima mon amour - Marguerite Duras - Fanny Ardant

Publié par Thierry L. sur 7 Octobre 2018, 17:45pm

Catégories : #Applaudi

Épifanny

Elle s'avance, vacille, entre dans la lumière : c'est un lys noir, un rubis palpitant, une algue qui se déploie... La voix sourd, profonde, aristocratique : nulle affectation, juste la recherche de la note bleue. "J'ai tout vu. Tout." Fanny Ardant évolue sur le fil qui relie Hiroshima à Nevers, funambule impériale d'une grâce indicible, la complainte durassienne jaillit et nous sommes tous un amant japonais, peut-être allemand.

La mise en scène sobre et invisible de Bertrand Marcos sied à la simplicité raffinée de l'actrice : juste le texte (adapté) et la musique, cette voix avec ses inflexions rauques, ses sanglots retenus et ses cris étouffés. Quelques notes de hautbois pour donner le change (la douceur amoureuse de Gérard Depardieu) et la sonate s'élance.

Hiératique ou frémissante, Fanny Ardant incarne nûment la honte, la peur, la folie puis la passion érotique, la flamme, le sacrifice. Elle brûle comme la glace. Sa fragilité émeut et quand sa silhouette s'estompe dans le noir progressif qui clôt l'histoire, le silence qui suit est intense, compact.

Fanny nous a tué, elle nous a fait du bien.

La très grande classe!

 

Hiroshima mon amour - Marguerite Duras - Fanny Ardant
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents