Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La vie errante

La vie errante

Mes goûts et mes couleurs


Jusque dans vos bras - Les Chiens de Navarre - Jean-Christophe Meurisse

Publié par Thierry L. sur 18 Mai 2018, 17:16pm

Catégories : #Applaudi

" Entendez-vous dans nos campagnes
Mugir ces féroces soldats?
Ils viennent jusque dans vos bras
Égorger vos fils, vos compagnes!
"

Qui sont ces féroces soldats évoqués par Les Chiens de Navarre ? Les migrants et autres "rastaquouères" dont certains Français redoutent l'invasion ou cette troupe de bateleurs déjantés qui viennent nous fourrer le nez dans nos déjections morales ? Un peu des deux certainement à en croire ce spectacle poilant d'un bout à l'autre.

Tout commence par un enterrement : un cercueil recouvert du drapeau bleu-blanc-rouge, une femme qui hurle son désespoir, des témoins éplorés... On pense aux hommages nationaux rendus aux victimes d'attentats, hommages devenus monnaie courante depuis quelques années. Mais la communion dans la peine est de courte durée : très vite sur la scène c'est la baston générale. Avec une violence cartoonesque, les comédiens exultent de haine et font couler le sang : mêlée générale sur l'air de "All you need is love". Un résumé parfait des divergences politiques qui systématiquement font voler en éclat la fraternité née de l'horreur...

Vont suivre, sans temps de respiration, un pique-nique où les opinions les plus rances s'exprimeront, un entretien entre un demandeur d'asile congolais et les gentils fonctionnaires de l'Ofpra, la demande d'assistance de migrants perdus en mer sur leur embarcation de fortune etc. Si l'on ajoute au programme des décors et accessoires extravagants, les apparitions chafouines d'un de Gaulle arabe, d'un pape noir, d'une Marie-Antoinette sanguinolente et d'un Obélix frisant le burn-out, vous aurez une image assez complète de l'un des spectacles les plus iconoclastes qui soient.

Chapeau bas à cette troupe de cintrés qui ont assené la plus belle baffe dans la gueule qui soit à un public masochiste qui en redemandait.

Si de nouvelles figures sont venues compléter les illustres clébards (Pascal Sangla, grandiose dans l'ignoble, ou Alexandre Steiger, un Zemmour sous amphétamines) je fus heureux de retrouver affûtés et intenses les piliers de la troupe (Céline Fuhrer, blonde polyvalente, Maxence Tual, ours mal léché ou l'époustouflante Charlotte Laemmel dont la Jeanne d'Arc nymphomane m'a mené au bord de l'apoplexie).

Une tuerie (par des terroristes du rire)!

 

Jusque dans vos bras - Les Chiens de Navarre - Jean-Christophe Meurisse
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents