Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La vie errante

La vie errante

Mes goûts et mes couleurs


Maboule - Madeleine

Publié par Thierry L. sur 27 Septembre 2017, 15:38pm

Catégories : #Cueilli

Maboul, Maboule : Adjectif et nom. Emprunté à l'arabe d'Algérie mahbūl "idiot, sot, stupide". Maboul s'est répandu dans l'usage familier par le canal des soldats d'Afrique et de récits algériens. Synonyme de "fou", il est employé aussi adjectivement.

 

Macabre : Adjectif et nom masculin. Sans doute erreur de lecture pour macabré dans danse Macabré, le mot est d'origine controversée. Pour certains, Macabré serait le nom d'un peintre ayant représenté la Danse de la Mort dont Jean le Fèvre se serait inspiré pour un poème intitulé la Danse de Macabré ; pour d'autres Macabré est interprété comme le nom du poète ayant composé le texte accompagnant des œuvres picturales représentant une Danse de la Mort ; d'autres encore ont souligné l'importance, dans la danse macabre, du motif de l'ermite familier du monde des morts et la danse macabre ferait allusion à l'ermite Macarius Alexandrinus de la Légende dorée. Jusqu'au XIXe s., l'usage du mot macabre est étroitement lié à celui du syntagme danse Macabre qui se réfère à une danse des morts dans sa représentation littéraire ou picturale. Il faut attendre le milieu du XIXe s. pour rencontrer macabre dans son extension moderne "lugubre, morbide", aussi substantivé avec une valeur de neutre équivalant à genre macabre dans le domaine esthétique.

 

Macadam : Nom masculin. Provient du nom de l'ingénieur écossais John Loudon Mac Adam (1756-1836), chargé de l'administration des routes d’Écosse et, plus tard, de la direction générale des routes de Grande-Bretagne, qui fit remplacer le pavage traditionnel par un revêtement en pierres concassées. Le macadam, perfectionnement d'un procédé d'empierrement inventé en 1775 par le Français Trésaguet, marque une étape importante de l'histoire de la route. Le revêtement au macadam rendait possible une accélération sensible de vitesse, mais le passage des véhicules produisait d'épais nuages d'une poussière toxique : dès 1850, les fondations de certaines routes furent recouvertes directement de bitume ou d'asphalte et, après 1900, le macadam fut remplacé par le tarmacadam (de tar "goudron"), mélange de pierres concassées et de goudron. Le mot désigne donc une méthode de pavage, puis, par métonymie, la chaussée elle-même et, plus particulièrement, dans un registre familier, le trottoir où se trouvent des prostituées, notamment dans faire le macadam.

 

Macchabée : Nom masculin. Représente le latin Macchabaeus, patronyme de héros bibliques, chefs juifs qui, ayant résisté par les armes à la tentative d'hellénisation d'Antiochus Épiphane, ont été martyrisés par celui-ci. L'usage moderne du mot a trait à la mort et procède à la fois du culte des Macchabées, lié à celui des morts, et de l'influence de macabre. Macchabée a désigné en argot le cadavre d'un noyé (trouvé dans la Seine par les mariniers) puis, par extension, un cadavre humain (abrégé fréquemment en macchab ou macab).

 

Macédoine : Nom féminin. Emploi comme nom commun du toponyme Macédoine, Empire d'Alexandre, considéré en tant que pays où s'affrontent différents peuples de provenance diverse. Le mot est apparu au XVIIIe s. dans le domaine culinaire (macédoine de légume) et est depuis 1850 employé familièrement au sens d' "assemblage hétéroclite".

 

Madeleine : Nom féminin. Tiré du prénom Madeleine (du latin chrétien Magdalena, dans Maria Magdalena "Marie de Magdala", nom d'un bourg de Galilée) pécheresse repentante de l’Évangile. Les premiers emplois se rapportent à la pécheresse repentante de la Bible, et sont l'équivalent, dans la phraséologie, d'une tradition picturale très forte à partir de la Renaissance. La locution faire la Madeleine a été remplacée beaucoup plus tard par la comparaison pleurer comme une Madeleine. Quant au nom du gâteau, il vient du prénom ; la recette en est attribuée par G. de La Reynière à Madeleine Paumier, pensionnaire et ancienne cuisinière de Madame Perrotin du Barmond. Le mot est souvent employé par allusion à l'expérience de la madeleine de Proust (Du côté de chez Swann) où la dégustation de "petites madeleines" trempées dans le thé éveille chez le Narrateur le flux de la mémoire.

Maboule - Madeleine
La danse macabre de l'église Notre-Dame de Kernascléden (Morbihan)

La danse macabre de l'église Notre-Dame de Kernascléden (Morbihan)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents