Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La vie errante

La vie errante

Mes goûts et mes couleurs


Orfeo, Je suis mort en Arcadie - Samuel Achache et Jeanne Candel

Publié par Thierry L. sur 9 Mars 2017, 13:37pm

Catégories : #Applaudi

Après le passionnant Le crocodile trompeur/Didon et Enée (d'après Purcell), le duo Achache-Candel remet ça avec Orfeo.

Ils ingèrent un opéra (ici l'Orfeo de Monteverdi) et, avec l'aide de leurs comédiens, musiciens, chanteurs, le régurgitent en un salmigondis d'idées, de couleurs et de sons.

Comme la toile de Poussin "Et in Arcadia ego", l'opéra monteverdien nous place face à une béance, celle de la mort d'une  jeune mariée, Eurydice, et de la quête de son époux jusqu'aux Enfers pour la retrouver.

La mise en scène déglinguée du spectacle mêle maladroitement de sobres moments d'émotions à de tonitruantes bouffonneries. Maladroitement parce que les césures sont brutales : pour qu'une sauce prenne, il faut du liant. Or ici les scènes se succèdent de façon brouillonne, la folie douce de l'improvisation prenant le pas sur la maîtrise de la direction d'acteurs.

Bien sûr, on s'amuse avec les comédiens en effervescence : le royal haute-contre Léo-Antonin Lutinier, que l'on retrouve avec plaisir, même si dans les rôles d'Eros (en caleçon) et de Cerbère, je l'ai trouvé trop sobre à mon goût (comment oublier le skieur fou du Crocodile trompeur !) ; le bidonnant Vladislav Galard, en Charon déphasé mais surtout en Pan survolté (un slip vert forêt, une paire de soquettes marron, les longues gambettes du comédien dressées sur des pieds de bouc virtuels et, zou !, un faune prend vie) ;  enfin la pétulante Anne-Lise Heimburger en taulière d'un Olympe de pacotille (Qui pourra me dire pourquoi on lui avait noirci les pieds ?).

Les chanteurs et musiciens sont magistraux et les décors, à défaut d'être surprenants, efficaces. Les airs d'Orfeo, quant à eux, m'ont souvent semblé sinistres...

Avec des attentes aussi élevées, je ne pouvais qu'être frustré. Chantons donc avec Gluck :

"J'ai perdu mon Eurydice,
Rien n'égale mon malheur
Sort cruel ! quelle rigueur ! "

Lutinier, j'en suis fan !

Lutinier, j'en suis fan !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents