Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La vie errante

La vie errante

Mes goûts et mes couleurs


Platonov - Anton Tchekhov - Rodolphe Dana (Collectif Les Possédés)

Publié par Thierry L. sur 1 Octobre 2016, 07:04am

Catégories : #Applaudi

Platonov s'ennuie. Pour se venger de ses frustrations et de ses regrets -lui, qui se rêvait écrivain génial, n'est qu'instituteur- il s'amuse à corrompre la petite société qu'Anna Petrovna Voïntseva, fraîche veuve d'un Général, a rassemblé dans sa propriété à la campagne (Anna Petrovna est au bord du gouffre financier et ses amis pique-assiette attendent la curée).

Platonov joue avec les cœurs. Don Juan au petit pied, il séduit chaque femme, espérant ainsi rompre avec la pesanteur de son quotidien. Car Platonov rêve toujours d'une autre vie... Platonov est un sale rêveur.

Platonov est veule. N'écoutant que son plaisir, il sème le désespoir et la rancœur. "Un être attirant, répugnant, immoral qui théâtralise le néant de la vie, qui joue avec les sentiments comme un enfant joue à cache-cache avec Dieu."

Platonov c'est Rodolphe Dana. En Casanova raté, il fait florès : mari pitoyable et amant dérisoire, il est haïssable à souhait. Qu'il méprise sa maumariée d'épouse, qu'il bafoue la vieille fille hystérique du village qui se morfond d'amour pour ce pleutre (Émilie Lafarge possédée et excessive) ou qu'il joue dangereusement avec les sentiments de son flirt de jeunesse (Katja Hunsinger, touchante de maladresse), le spectateur est pris lui aussi dans ses rets. Un supplément de charisme aurait été le bienvenu.

Il serait regrettable de ne pas citer Françoise Gazio, en usurière crève la faim et revêche ou David Clavel, qui porte si bien la peau d'ours. Affublé d'une perruque et d'une prothèse dentaire improbable quand il interprète Bougrov l'épicier simplet ou menaçant et sexy en Ossip, le mauvais garçon de la région, Christophe Paou (le Michel de "L'inconnu du lac") est tout à tour drôlatique, ridicule ou effrayant.

Mais c'est à la Générale, magnifique Emmanuelle Devos (un Molière pour sa prestation tout de même) que je réserve mes plus belles fleurs. Anna Petrovna est une femme libérée avant l'heure : "elle boit, elle fume, elle drague et elle cause". Le jeu subtil et tout en nuances de la comédienne magnifie ce rôle de femme insatisfaite et brûlant de désirs inassouvis. Entre larmes et rires, Devos change de masques avec brio.

Le Collectif Les Possédés et Rodolphe Dana m'ont réjoui avec cette vision vaudevillesque d'une tragédie presque shakespearienne. Dans ce théâtre en train de se faire, quelques éruptions poétiques surnageront longtemps : un feu d'artifice et un train bruités, une poignée de chansons (interprétation sensible d'Antoine Kahan), un peignoir se transformant en paysage sylvestre et le rire d'Emmanuelle Devos.

Une belle soirée...

Platonov - Anton Tchekhov - Rodolphe Dana (Collectif Les Possédés)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents