Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La vie errante

La vie errante

Mes goûts et mes couleurs


Cagneux - Calembredaine

Publié par Thierry L. sur 17 Avril 2016, 08:14am

Catégories : #Cueilli

Cagneux - Calembredaine

Cagneux, Khâgneux, euse : Nom peut-être donné par allusion désobligeante de la part des élèves des classes préparatoires aux écoles scientifiques, dont Polytechnique, école militaire, envers les élèves des classes littéraires préparant à l’École normale supérieure, du fait qu'ils n'étaient pas tenus d'avoir une bonne constitution physique (de cagneux, adjectif qualifiant celui qui a les genoux tournés en dedans et aussi les genoux, les jambes qui ont cette forme) ou qu'ils avaient tendance à la paresse (de cagne, paresse). La graphie khâgneux dotée d'une initiale pseudo-grecque tend à l'emporter.

Calamistrer : Verbe dérivé savamment du latin calamistratum, "fer à friser" (d'après le grec kalamis, "petit roseau" puis nom de divers petits instruments). Ce verbe qui a tendance à vieillir signifie donc "friser ou onduler (les cheveux)".

Calembour : Nom masculin d'origine incertaine. Attesté dans une lettre de Diderot à Sophie Volland (1er décembre 1768), le mot désigne un jeu d'esprit fondé sur des mots à double sens ou une équivoque de mots, phrases se prononçant de manière identique. Par extension, il se dit d'un mauvais jeu de mots. « Le calembour est la fiente de l'esprit qui vole. Le lazzi tombe n'importe où ; et l'esprit, après la ponte d'une bêtise, s'enfonce dans l'azur. Une tache blanchâtre qui s'aplatit sur le rocher n'empêche pas le condor de planer. Loin de moi l'insulte au calembour ! Je l'honore dans la proportion de ses mérites ; rien de plus. Tout ce qu'il y a de plus auguste, de plus sublime et de plus charmant dans l'humanité, et peut-être hors de l'humanité, a fait des jeux de mots. Jésus-Christ a fait un calembour sur Saint Pierre, Moïse sur Isaac, Eschyle sur Polynice, Cléopatre sur Octave.» Les Misérables, Victor Hugo, 1862 A ne pas confondre avec le kakemphaton, calembour involontaire et forcément malheureux... comme dans ces vers du Polyeucte de Corneille : « Vous me connaissez mal : la même ardeur me brûle / Et le désir s'accroît quand l'effet se recule »

Calembredaine : Nom féminin d'origine obscure (la forme genevoise calembourdaine, aurait-elle donné naissance à calembour ?). Souvent employé au pluriel, ce mot désigne un propos extravagant et vain, une plaisanterie cocasse et, par extension, une chose dérisoire ou absurde.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents